Cahiers du DSA

Les traversées Saint-Orens
De la nappe pavillonnaire à la ville transverse

Situé aux limites de Toulouse, la ville de Saint-Orens est un cas d’école. Porte d’entrée de la capitale régionale sur la plaine agricole, la ville fait également partie d’un très vaste système géologique et hydrographique, générant un relief plissé et vallonné, à la rencontre des massifs de la montagne Noire et des Pyrénnées. Un territoire qui a également subit une croissance générique caractéristique des années 1970. Aujourd’hui composée exclusivement de logements pavillonnaire, la ville est à la recherche d’une centralité et d’une redécouverte de son contexte géographique, gommé par le développement uniformisant des raquettes, rues et impasses typiques des lotissements pavillonnaires.

Se basant sur le postulat que la ville doit orienter son développement dans son épaisseur plutôt que de continuer à se dynamiser exclusivement sur l’axe qui la relie historiquement à Toulouse, l’étude montre à travers quatre scénarii comment la ville pourrait composer densification, logiques géographiques, foncières et métropolitaines. Un outils de négociation entre municipalité et promoteurs immobiliers qui densifient peu à peu la ville sans prise en compte des contrainte territoriales. Un outils enfin pour exprimer d’autres manière d’habiter la ville pavillonnaire.

Commanditaire
Ville de Saint-Orens-de-Gameville (Haute-Garonne)

Étudiants
Amélie Nourry
Jacques Ippoliti
Geoffrey Clamour

Pour recevoir des informations de l’Éav&t, vous pouvez vous inscrire à notre newsletter.
Vous pouvez également nous retrouver sur Facebook.